03/02/2009

Henry Pottier: les villes hautes

Dans le système de Henry Pottier, dit des "Villes hautes", la zone souterraine ne concerne que l'infrastructure lourde: moyens de communication avec l'extérieur, acheminement des marchandises et leur stockage, parkings et accès aux plates-formes aériennes par ascenseurs. La zone aérienne compartimente l'espace en zones de travail et d'habitat. 

Mais l'originalité du projet de Henry Pottier, c'est qu'il entend se servir du relief des montagnes pour ses villes hautes, l'axe souterrain de la ville épousant la forme de la montagne pour constituer un vaste fuseau supportant une cité linéaire. 

Le noyau, véritable dispatching du quartier d'habitation, sera relié aux routes souterraines par des gaines de circulation verticale constituées par des batteries nombreuses d'élévateurs rapides, tant pour les personnes que pour les marchandises. Ces "tubes" aboutiront, à leur partie inférieu­re, dans des "poches" de parking, sortes de cloches à circulation spiroïdal, permettant le parking total de l'ensemble du quartier. A sa partie supérieure, il aboutira à une plate-forme pour l'atterrissage des hélicop­tères. A un niveau intermédiaire, une circulation horizontale, avec chemin mécanique ou tapis roulant, reliera le "tube" au noyau du quartier. Les liaisons externes verticales longeant les pentes seront assurées par des téléphériques reliant rapidement l'habitation aux différentes activités précitées. Toute la vie spirituelle des habitants se déroulera en plein air, débarrassée des contingences matérielles qui trouveront leur lieu d'application dans la partie souterraine: parking, entrepôts, usines, relais, incinérateurs, etc.

12:00 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pottier |  Facebook |