08/02/2009

William Katavolos: cités chimiques

Pour sa ville flottante, William Katavolos est parti de la théorie d'une architecture chimique qu'il a longuement développée en 1962.

 Katavolos01_body [web520]


William Katavolos: cité flottante.

Cette théorie est la suivante: on produit actuellement, sous forme de poudres ou de liquides, des substances qui peuvent acquérir en se dilatant un grand volume et se solidifier au contact de l'air. Rien n'empêche donc d'envisager la construc­tion de cités sur la mer constituées par des matières plastiques qui, en se dilatant, deviendraient tores et sphères. Une fantasmagorique architecture apparaîtrait, la structure des plafonds ressemblant à celle des cristaux et les planchers se formant à la manière des coraux. Le mobilier lui-même serait chimique et pourrait se jeter après usage. 

D'une mobilité parfaite, la ville marine flottante de Katavolos pourrait s'éparpiller en éléments séparés ou se grouper.

 Katavolos03_body [web520]


William Katavolos: cité marine.

Au matin, on pourrait voir des faubourgs se rassembler et constituer une ville; à la nuit on les verrait s'éloigner comme une musique et aller s'ancrer ailleurs. 

Cette architecture mobile, périssable, conditionnée, collerait enfin à l'homme comme un vêtement sur mesure. Il se peut qu'il ne s'agisse là que d'un rêve souvent formulé d'ailleurs, mais moins scientifiquement, par les romanciers de science-fiction. Katavolos risque peut-être moins dans l'avenir d'être qualifié d'utopique que nous de timorés.

13:30 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : katavolos |  Facebook |