30/01/2009

Walter Jonas: cité Intra

Walter Jonas - Cite Intra 03 [web520]

 

Walter Jonas - Cite Intra 04 [web520]

 

Walter Jonas - Cite Intra 06 [web520]

 

Waltert Jonas - Cite Intra 01 [web520]

 

Walter Jonas - Cite intra 05 [web520]

 

Walter Jonas - Cite Intra 02 [web520]


Walter Jonas: la cité Intra dans différentes variantes.

21:15 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jonas |  Facebook |

29/01/2009

Walter Jonas: Intrapolis

Partant de cette constatation que les logements tradi­tionnels ou modernes sont tous orientés vers l'extérieur, alors que, dans les villes, ils ne disposent presque jamais de vues intéressantes, mais que, par contre, le bruit, la poussière et les gaz nocifs peuvent ainsi pénétrer dans les appartements WALTER JONAS en est arrivé à repenser l'orientation des logis. Sa cité entonnoir est donc une sorte de vallée artificielle avec des loge­ments s'ouvrant à l'intérieur de l'entonnoir.

 Walter Jonas [web520]


Walter Jonas

Contrairement au concept extraversé ou extraverti d'habitations orien­tées vers le dehors nous proposons une idée introversée. Nous estimons que, précisément, pour l'homme moderne, et à plus forte raison poux l'homme de demain, la demeure doit redevenir un lieu de recueillement et d'individua­lisation. 

Nous considérons l'idée fondamentale de ce concept comme telle­ment essentielle que tout autre besoin lui est subordonné. Il existe un second point très important: il faut sauvegarder le plus possible la superficie du sol, et l'on n'y parviendra que par une haute concentration de la population et, parallèlement, que par un contact mi­nimal avec le sol. 

Ces postulats font apparaître que ce sera la Cité Intra. L'un se réfère à un contact minimal avec le sol, si possible en forme de point d'appui, l'édifice s'élargissant vers le haut. Les installations accessoires, qui permettent aux piétons de se rendre au-dessus du sol d'édifice en édifice, sont ainsi complètement séparées de la circulation motorisée. Un autre postulat trouve sa solution dans l'intraversion de la construction.

 intrapolis2 [web520]


Walter Jonas: Intrapolis 2

Chaque entonnoir est formé, jusqu'au premier tiers de sa hauteur, des ins­tallations pour lesquelles la lumière artificielle est suffisante: ascen­seurs verticaux, magasins, cinémas. Ce socle se termine par une superstruc­ture supportant la place centrale ou patio, plantée d'arbres. Les écoles sont souvent groupées autour du patio, sur le cercle le plus bas, puis, sur les cercles suivants qui se succèdent en forme d'arène, s'étalent les appartements et les jardins. 

Les deux tiers des "intrahaus" ont donc consa­crés aux appartements et la partie inférieure aux installations de la col­lectivité. 

La circulation s'effectue soit à l'extérieur de la cité, par des ascenseurs inclinés, des voies circulaires, des corridors et des rampes, soit à l'in­térieur de "l'entonnoir" par des promenades, des escaliers, des squares.

 intrapolis 1960 [web520]


Walter Jonas: Intrapolis - 1960
Un contre cône enterré (donnant ainsi à la structure la forme d'un verre à pied) permettrait d'aménager des garages souterrains. En liant trois "entonnoirs" par des attaches au sommet, permettant d'aller d'une "intrahaus" à l'autre sans redescendre au sol, on formerait une cité correspondant à la population d'une ville moyenne, avec ses écoles, centres commerciaux et administrations. L'orientation pourrait être facilitée, si chaque "entonnoir" était caractérisé par une couleur illuminée la nuit, ou par un symbole visible de loin.

jonas ville entonoir [web520]

 

6901 [web520]


Walter Jonas: la ville entonnoir.