18/02/2009

Yona Friedman et la mobilité.

D'une idée isolée, d'une idée d'isolés, Yona Friedman a fait de la mobilité une idée-force, un courant, une doctrine. La thèse de Friedman, l"Architecture mobile", est certainement l'un des textes capitaux de la nouvelle archi­tecture de cette époque. 

Friedman considère que son système de renouvellement périodique préétabli, annulant le concept de propriété pour l'éternité, pourrait être un sys­tème décisif vers un nouvel âge d'or. Mais l'application pratique de ce système rencontre un de ses plus grands obstacles dans l'architecture puisque les formes et les usages de celle-ci ont une durée dépassant les périodes de changement prévues et qu'ils dépassent même la durée de la vie humaine.

 friedman_maquette_3 [Web520]


Yona Friedman: maquette d'une structure avec architecture mobile

La masse inerte d'une ville étant un obstacle à la mobilité de la société, ce sont donc à des méthodes de constructions changeables que se sont appliqués les membres du Groupe d'Etude de l'Architecture Mobile. L'architecture mobile veut d'abord convertir les formes de constructions et les créer en fonction de leur réutilisation après déplacements. Elles doivent être démontables, temporaires ou d'un amortissement rapide qui peut permettre de les détruire après un certain temps. Par ailleurs, devrait être mis au point un système de plates-formes, réseaux de voirie, d'alimentation et de canalisations, qui soit transformable et déplaçable dans et sur les structures porteuses. 

Friedman souligne ensuite que le but qu'il se propose n'est pas de criti­quer les solutions déjà proposées, ni de vouloir les remplacer par un autre schéma:

 friedman_maquette_2 [Web520]


Yona Friedman: détail d'une maquette de structure mobile

Il s'agit de rechercher des techniques qui permettent de passer d'une solution à une autre pour adapter la ville, si besoin est, aux modes de vie des habitants, au lieu d'adapter les habitants aux propositions des urbanis­tes. Il faut arriver à laisser les habitants libres de choisir la forme de leur ville. La seule tâche qui reste actuellement à l'architecte consiste à développer des techniques intérimaires de construction, qui feront le pont entre les constructions classiques et les systèmes de l'avenir penchant vers les sciences abstraites. Le rôle de ces techniques intérimaires sera de multiplier la surface utilisable pour l'habitation et pour l'agriculture en fonction de la croissance démographique. C'est la raison d'être de l'archi­tecture mobile. Bien entendu le terme "architecture mobile" ne signifie pas la mobilité des constructions en leur totalité, mais leur disponibilité pour tous usages d'une société mobile. 

Yona Friedman. 

L'ère du monde en mouvement s'ouvre, et la pensée de Valéry sur la fin du monde fini doit être prolongé: c'est l'âge des structures en mouve­ments qui commence. 

Il faudrait en effet, au lieu d'établir, comme ce fut le cas pendant très longtemps, des structures qui se perfectionnent avec l'âge autour de prin­cipes immuables, s'habituer à vivre avec des structures plus souples, qu'il est possible de modifier en fonction du développement de l'équipement dont disposent les hommes. 

De même qu'en mécanique il a fallu introduire le facteur temps dans les phénomènes où il ne paraissait pas devoir intervenir avant la relativité, il va falloir réviser la plupart des notions que nous avons sur les cadres de nos sociétés. 

Il faut que l'homme s'habitue à trouver des satisfactions et la joie dans un monde en perpétuel devenir, comme il les avait recherchées dans un monde statique. 

Louis Armand.

maquette-friedman [Web520]


Yona Friedman: maquette

20:45 Écrit par Luckybiker dans 08 Formes nouvelles | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : friedman |  Facebook |

17/02/2009

Architecture mobile

C'est au Xe ClAM, en 1956, que furent abordées pour la première fois dans une assemblée internationale d'architectes modernes les notions de mobilité, de croissance et de variation des fonctions. A cette époque, deux seuls projets d'architecture tenaient compte des besoins d'un habitat évolutif: ils étaient l'oeuvre de Yona Friedman et de Charles Péré-Lahaille.

 Yona-Friedman_1956


Yona Friedman: architecture mobile - 1956

Devant cette carence de maîtres à penser, un mouvement de jeunes architectes s'esquissa donc, qui devait se concrétiser en 1957 par la fondation, à Paris, du Groupe d'Etudes de l'Architecture mobile (GEAM) qui réunissait Jean Pecquet, Jerzy  Soltan, Aujame, Georges Emmerich et Jan Trapman. Après 1958 vinrent s'y adjoindre Frei Otto, Schultze-Fielitz, Werner Ruhnau, Gunther Gunschel, Friberger, Otaka, Paul Maymont et Cammile Frieden. 

L'idée de la mobilité et de l'urbanisme spatial défendue par le GEAM est certainement une des grandes idées-forces de cette période. L'idée de mobilité de l'habitat était en fait le lointain écho de la voix isolée de Sant'Elia, de celles de Buckminster Fuller et de Kiesler.

20:30 Écrit par Luckybiker dans 08 Formes nouvelles | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : friedman, geam |  Facebook |

06/02/2009

Yona Friedman: projets de villes-ponts

Friedman a formulé plusieurs autres propositions de villes-ponts: un projet pour une extension de Monaco, un projet de ville-pont fluviale pour Londres, des projets de villes-ponts pour l'Afrique.

La principauté de Monaco n'a aucune autre possibilité d'extension que sa zone maritime. Le projet de Yona Friedman prévoit la construction d'un bloc à l'enjambée au-dessus de la jetée limitant le port de Monaco. Cette nouvelle surface construite à quinze mètres au-dessus de la jetée, pourrait permettre d'aménager mille logements, de créer une nouvelle voie-promenade bordée de constructions à caractère commercial. 

pont shangai yang-tseu-kiang


Yona Friedman: ponts pour la ville de Shangai.

Cette ville-pont constitue­rait surtout un prolongement de la ville de Monaco et offrirait en outre l'avantage de préserver la vue vers la mer depuis la cité actuelle. 

Le problème de Londres est différent: pour briser la barrière fluviale qui coupe la capitale anglaise en deux parties, Friedman a imaginé d'établir une continuité entre les deux rives par un centre-pont qui pourrait contenir mille magasins, dix cinémas et un grand nombre d'autres locaux attractifs et permettrait de traverser le fleuve en se promenant et sans s'apercevoir que l'on change de rive. 

La ville-pont pourrait constituer, dans des régions où les ponts sont juste­ment rares, des pôles d'attraction qui devraient être naturels. C'est pourquoi Friedman s'est particulièrement préoccupé de la constitution de villes-ponts en Afrique. 

Au croisement des routes et des voies fluviales, ces villes-ponts africaines pourraient constituer les centres commerciaux et industriels d'une région. Pour sauvegarder les coutumes indigènes, Friedman propose de construire seulement la structure spatiale et de laisser les habitants réaliser leur habitat à leur manière avec leurs techniques traditionnelles dans la structure porteuse. 

Yona Friedman - Ville pont pour Alger [web520]


Yona Friedman: ville-pont pour Alger.

Enfin, Yona Friedman a publié en 1964 une proposition de réaménagement du  territoire terrestre à partir de son système de villes-ponts. Friedman s'est en effet aperçu que les quatre grands continents n'étaient reliés que par des détroits de cinquante à cent cinquante kilomètres de largeur. Huit villes-ponts seulement permettraient donc de relier les quatre grands continents et leur longueur totale ne serait que de quatre cent kilomètres. 

Les réseaux terrestres, ferroviaires et routiers qui couvrent ces quatre continents pourraient donc être continus. D'après Friedman, les villes-ponts pourraient donc être recommandées dans les cas suivants: 

  • construction d'un pont d'importance exceptionnelle (Manche);
  • création de nouveaux centres importants (Afrique);
  • création de nouvelles surfaces habitables au-dessus de l'eau en conser­vant la possibilité de navigation (Monaco);
  • liaison entre deux parties d'une ville coupée par une formation géogra­phique (Londres)

05/02/2009

Yona Friedman: ville-pont sur la Manche.

En 1963, Yona Friedman publiait à Paris son projet de ville-pont sur la Manche. Pour ce projet, Yona Friedman reprenait ses principes d'architecture spatiale: blocs à l'enjambée et structure contenante. 

La ville-pont sur la Manche présentait l'intérêt supplémentaire d'être une ville-pont portuaire. La circulation maritime dans la mer du Nord justifiait, selon Friedman, la construction d'un nouveau port de transbordement qui desservirait aussi bien Paris que Londres. 

Il présenterait de plus l'énorme avantage de relier la circulation maritime à la circulation ferroviaire et routière qui passerait dans la structure du pont. On pourrait, entre les pylônes du pont, aménager des bassins portuaires, alternant avec des voies de passage pour les navires. Puis, au-dessus de ces bassins et de ces passages, on pourrait insérer, dans la structure même du pont métallique, des gares de marchandises et voies de chemin de fer, dépôts, bureaux, etc.

 YONAFRI


Yona Friedman: ville-pont

Une voie de circulation automobile pour les transports serait incluse à l'intérieur du pont et une autre voie automobile touristique, à sa partie supérieure. Cette voie touristique serait bordée de restaurants, terrasses, boutiques,... Ce qui frappe le plus dans cette idée prospective, que certains préféreront qualifier de visionnaire ou d'utopique, c'est justement son réalisme: le moins que l'on puisse dire, c'est que cette idée est le bon sens même. 

Parallèlement à cette ville-pont, Friedman prévoit une ville spatiale pour vingt à trente mille personnes, surtout destinée au personnel des instal­lations portuaires et touristiques. Cette ville serait édifiée près de la côte et constituerait un élargissement du pont. Certaines industries, qui bénéficieraient des facilités de transport pourraient aussi être intégrée au pont. Enfin, quelques administrations auraient tout intérêt à s'installer en territoire international.

12:45 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : friedman |  Facebook |

20/01/2009

Yona Friedman: structures spatiales

friedman cite spatiale 1958 [web520]


Yona Friedman: cité spatiale - 1958

Yona Friedman - Villa spatiale 08 [web520]


Yona Friedman: ville spatiale.

Yona Friedman - Ville spatiale 01 [web520]


Yona Friedman: ville spatiale vue en coupe.

Yona Friedman - Ville spatiazle 07 [web520]


Yona Friedman: projet de ville spatiale pour Paris.


19:15 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : friedman |  Facebook |

19/01/2009

Yona Friedman: structures spatiales.

structure 01 [Web520]

 

structure 02 [Web520]

 

structure 03 [Web520]


Yona Friedman: projets de structures spatiales pour différentes villes.


21:00 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : friedman |  Facebook |

18/01/2009

Yona Friedman: projets de villes ponts

Yona Friedman - Ville pont portuaire pour Gibraltar [web520]


Yona Friedman: ville pont portuaire pour Gibraltar.

Yona Friedman - Ville pont pour Alger [web520]


Yona Friedman: ville pont pour Alger.

Yona Friedman - Ville spatiale pour Afrique 1959 [web520]


Yona Friedman: ville spatiale pour l'Afrique.

Yona Friedman - Ville spatiale sur autoroutes Los Angeles [web520]


Yona Friedman: ville spatiale au-dessus des autoroutes de Los Angeles.