20/12/2008

Architecture visionnaire, fantastique et prospective.

Architecture visionnaire, architecture fantastique, architecture prospective sont des sigles qui recouvrent, un peu au hasard, des oeuvres d'intention parfois diamétralement opposée. La confusion qui s'opère parfois ainsi entre les visionnaires d'un fantastique gratuit et les visionnaires d'un fantastique prospectif est d'ailleurs souvent inten­tionnelle. Elle sert à déconsidérer des recherches purement techniques en les mêlant à des oeuvres uniquement Imaginatives. Il faut bien dire que parfois, et cela augmente encore la confusion, on trouve, chez un même visionnaire de l'architecture et de l'urbanisme, des éléments fantaisistes et des éléments constructifs. 

Les visionnaires d'un fantastique architectural sont nombreux. On les trouva d'abord chez les peintres: depuis Jérôme Bosch et Pierre Breughel, Victor Hugo, Gustave Moreau, jusqu'à Paul Klee, Max Ernst et Vieira da Silva. 

Architecture gratuite aussi le fameux palais du fac­teur Cheval, "palais féerique, dépassant l'imagination, tout ce que le génie d'un humble peut concevoir (avec grottes, tours, jardins, châteaux, musées et sculptures, cherchant à faire renaître toutes les anciennes ar­chitectures des temps primitifs". Les tours de Watts à Los Angeles par Simone Rodilla et le Kerabau de Schwitters sont, elles aussi, des architec­tures-sculptures qui relèvent de la même démarche.

 facteur cheval [Web520]


Le Palais du Facteur Cheval.

Le fantastique à priori gratuit, peut parfois être plus réaliste qu'on ne l'avait pensé. Léonard de Vinci dessinant sa ville idéale, paraissait utopique. Or, ses propositions architecturales furent reprises et amplifiées en 1914 par Antonio Sant'Elia qui, par certains aspects de sa théorie, devança lui-même certaines propositions défendues peu après par les architectes modernes. Sant'Elia demandait, entre autres, à l'architecte d'éviter les matériaux lourds, mais d'employer plutôt des matériaux légers et flexibles, permettant la mobilité et le dynamisme. L'architecture, avançait Sant'Elia, ne devrait pas être perma­nente, mais éphémère, et chaque génération devrait construire sa propre ville répondant à des besoins nouveaux.

 Watts-Towers [Web520]


Les tours Watts à Los Angeles.

Néanmoins, avec Léonard de Vinci, et Sant'Elia, tout comme d'ailleurs avec Boullée et Ledoux, il s'agit d'un fantastique architectural absolument différent des constructions du facteur Cheval, de Simone Rodilla et de Scwitters car il est d'ordre technologique: ce n'est pas un fantastique de rêve, mais un fantastique de l'anticipation. 

Le grand reproche que l'on fit aux architectes vision­naires du XVIIe siècle, c'était que leurs projets étaient irréalisables, non pas techniquement parlant, mais financièrement parlant. Gigantisme, mégalomanie furent quelques uns des termes qui ont toujours salué les créations des visionnaires et, en leur temps, Ledoux et Boullée n'y ont pas échappé. Avec eux commençait la grande aventure du fantastique technologique, mais au lieu de réaliser les projets grandioses de ces visionnaires, le XIXe siècle les étouffa sous le confort bourgeois de tous les pastiches décoratifs.

 kurt schwitters [Web520]


Merzbau de Kurt Schwitters.

Le problème que semblent oublier ceux qui récusent les visionnaires et les traitent péjorativement d'utopistes c'est qu'il n'y a pas de prospective sans utopie et qu'il vaut toujours mieux voir plus grand et plus loin que trop petit et trop court. 

Les anticipations des visionnaires contemporains sont beaucoup plus extra­ordinaires que les créations sorties de l'imagination parce qu'elles ne se réfèrent à aucune architecture du passé. Elles constituent en même temps des lignes de force sur des thèmes bien précis.

 boullée cénotaphe de newton [web520]


Boullée: projet de cénotaphe pour Newton.

Avec le XXe siècle apparaissent de nouvelles techni­ques et de nouveaux styles de vie, créant ainsi de nouveaux modes de pen­sée. En architecture, l'étude de structures physiques complexes (structu­res suspendues, triangulées, surfaces gauches autoportantes,...) et de nouveaux matériaux (résilles métalliques, membranes élastiques et plasti­ques, voiles de béton,...) amène un dynamisme plus complexe qui succède à la géométrie élémentaire. 

Une série de phénomènes nouveaux viennent bouleverser le mode d'existence dans la cité. 

L'augmentation de la population du globe amène à de plus fortes concentra­tions humaines et à la dénaturalisation progressive des conditions d'exis­tence. 

De nouveaux besoins résultent du progrès technique. Après l'apparition de l'automobile qui envahit peu à peu les artères urbaines au point de con­gestionner la ville, le logis s'automatise rapidement au point de devenir autonome et d'être bientôt construit en série, tout comme l'automobile quelques années plus tôt.

 San-Elia - Ville future 1914 [web520]


Ville future de Sant'Elia (1914).

L'appartement de l'avenir sera entièrement équipé et rendra inutiles les armoires et tous meubles de rangement qui seront in­corporés à l'architecture. M.Sauzet, Parenté et Vilfour, ont déjà étudié une cité horizontale automatique qui permettrait la réception automatique à domicile de tous les éléments de base de la vie quotidienne: ravitaille­ment, lavage, courrier,... 

La cité étant conçue horizontalement, un tube de un mètre de diamètre pourrait réaliser la voie continue et sinueuse dans laquelle circuleraient des distributeurs d'un type voisin de ceux des halls de gare. Quatre cir­cuits joindraient chaque foyer à quatre centrées une usine alimentaire, un centre de lavage, un centre d'évacuation des déchets, une poste. Chaque foyer serait pourvu d'un récepteur et d'un tableau récepteur à commandes. 

L'industrialisation du bâtiment est une des idées-for­ces essentielles de la révolution architecturale. 

Les architectes ont opéré, pendant un certain temps, un barrage jusqu'alors efficace contre l'industrialisation du bâtiment parce qu'ils étaient per­suadés que cette révolution architecturale allait les priver de leurs pré­rogatives. Attitude stérile qui se retourna finalement contre eux: on peut retarder le progrès, mais on ne peut l'arrêter. 

L'industrialisation du bâtiment est aujourd'hui en marche. Tout nous porte à croire que, dans dix ans, elle aura conquis le marché. Mais il se peut aussi que, dans cent ans, un auteur enthousiaste reprenne notre souhait et notre certitude, en s'étonnant qu'ils ne se soient pas encore réalisés, comme nous nous étonnons de la lenteur d'une évolution depuis la phrase prophétique de Théophile Gautier qui, en 1850, s'écriait avec enthousiasme: "l'industrie révolutionne l'architecture!" 

Parmi les premiers théoriciens de l'architecture du XXe siècle, Patrick Geddes et Lewis Mumford furent certainement ceux qui influencèrent le plus les théories d'avant-garde.

09/11/2008

Etienne-Louis Boullée

Cette période qui précède l'avènement de l'industrialisation s'inspira d'une antiquité épurée et gigantesque : les oeuvres architecturales qui la caractérisent se teignent de romantisme et de symbolisme et témoignent d'un goût prononcé pour le colossal et la grandiloquence. Ces particularités sont en fait le témoignage d'une période de crise sentimentaliste où les architectures provisoires des fêtes révolutionnaires s'inspiraient de l'antiquité. 

ETIENNE-LOUIS BOULLEE. 

Etienne-Louis BOULLEE (1728-1799) entra très jeune dans l'atelier de Jean-Baptiste Pierre, premier peintre du roi, mais, détourné de sa première vocation par son père, architecte lui-même, il devient l'élève de Jacques-François Blondet et de Jean-Laurent Legeay dont il reçoit les préceptes du classicisme qui ont été ceux de l'école française pendant le règne de Louis XIV, un peu oubliés depuis les innovations décoratives du rococo. 

Dans ses premières oeuvres, Boullée s'affirme comme un restaurateur de la "grande manière" nationale : église Saint Roch (1752-1763), projet pour l'Hôtel des Monnaies (1762), hôtels Alexandre et Nonville (1763-1764) et enfin le château de Chaville (1764). 

L'influence de Legeay ne sera sensible qu'après 1770. Dès lors, une nouvelle interprétation de l'architecture antique inspire à Boullée d'utopiques projets d'architectures publiques : transformation du château de Versailles (1780), projet de bibliothèque publique (1734) entre autres. 

Boullee [web520]


Etienne-Louis Boullée: Cénotaphe pour Newton.

L'une de ses dernières réalisations, l'hôtel de Brunoy (1774), qui passe volontiers pour son chef-d'oeuvre, est le seul de ses ouvrages à porter la trace de ce style renouvelé de l'antique : au jardin soigneusement étudié pour servir de décors symbolique au sanctuaire, répondent des aménagements intérieurs qui, par le jeu des glaces et des végétaux, transforment les pièces en de surprenants bosquets. Dans ce premier essai pour fondre l'architecture dans la nature, les contemporains ont pu voir les conceptions d'un peintre inspiré. 

Abandonnant tout espoir de voir se concrétiser ses autres projets, Boullée décide de donner libre cours à son imagination en se vouant à l'enseignement et à la recherche théorique. Ses travaux le conduisent à élaborer une esthétique nouvelles : à la conception classique fondée sur les règles de l'harmonie modulaire, il oppose une esthétique naturelle qu'il définit dans son essai intitulé Essai sur l'art (1783-1793). 

Le but de l'art est l'imitation de la nature et l'architecture, trop longtemps soumise aux contraintes de la commande, doit suivre les voies ouvertes par les peintres. Les diverses influences qu'il subit incitent Boullée et lui inspirent des projets surprenants par leur nouveauté, tels que le Cénotaphe de Newton (1784), représentant l'univers exploré par le célèbre savant (le dessin se trouve à la Bibliothèque Nationale).

Renouant avec la tradition funéraire de la plus haute antiquité, Boullée conçoit ainsi de nombreuses oeuvres dont l'ampleur démesurée rend leur réalisation impossible à l'époque. 

On peut considérer Boullée comme l'architecte le plus représentatif de la Révolution française, bien qu'il soit resté en marge des événements. De fait, son architecture reste la meilleure expression des idéaux philosophiques qui a inspiré les doctrines politiques d'alors.

20:12 Écrit par Luckybiker dans 01 Avant l'ère industrielle | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : boullee |  Facebook |