06/02/2009

Yona Friedman: projets de villes-ponts

Friedman a formulé plusieurs autres propositions de villes-ponts: un projet pour une extension de Monaco, un projet de ville-pont fluviale pour Londres, des projets de villes-ponts pour l'Afrique.

La principauté de Monaco n'a aucune autre possibilité d'extension que sa zone maritime. Le projet de Yona Friedman prévoit la construction d'un bloc à l'enjambée au-dessus de la jetée limitant le port de Monaco. Cette nouvelle surface construite à quinze mètres au-dessus de la jetée, pourrait permettre d'aménager mille logements, de créer une nouvelle voie-promenade bordée de constructions à caractère commercial. 

pont shangai yang-tseu-kiang


Yona Friedman: ponts pour la ville de Shangai.

Cette ville-pont constitue­rait surtout un prolongement de la ville de Monaco et offrirait en outre l'avantage de préserver la vue vers la mer depuis la cité actuelle. 

Le problème de Londres est différent: pour briser la barrière fluviale qui coupe la capitale anglaise en deux parties, Friedman a imaginé d'établir une continuité entre les deux rives par un centre-pont qui pourrait contenir mille magasins, dix cinémas et un grand nombre d'autres locaux attractifs et permettrait de traverser le fleuve en se promenant et sans s'apercevoir que l'on change de rive. 

La ville-pont pourrait constituer, dans des régions où les ponts sont juste­ment rares, des pôles d'attraction qui devraient être naturels. C'est pourquoi Friedman s'est particulièrement préoccupé de la constitution de villes-ponts en Afrique. 

Au croisement des routes et des voies fluviales, ces villes-ponts africaines pourraient constituer les centres commerciaux et industriels d'une région. Pour sauvegarder les coutumes indigènes, Friedman propose de construire seulement la structure spatiale et de laisser les habitants réaliser leur habitat à leur manière avec leurs techniques traditionnelles dans la structure porteuse. 

Yona Friedman - Ville pont pour Alger [web520]


Yona Friedman: ville-pont pour Alger.

Enfin, Yona Friedman a publié en 1964 une proposition de réaménagement du  territoire terrestre à partir de son système de villes-ponts. Friedman s'est en effet aperçu que les quatre grands continents n'étaient reliés que par des détroits de cinquante à cent cinquante kilomètres de largeur. Huit villes-ponts seulement permettraient donc de relier les quatre grands continents et leur longueur totale ne serait que de quatre cent kilomètres. 

Les réseaux terrestres, ferroviaires et routiers qui couvrent ces quatre continents pourraient donc être continus. D'après Friedman, les villes-ponts pourraient donc être recommandées dans les cas suivants: 

  • construction d'un pont d'importance exceptionnelle (Manche);
  • création de nouveaux centres importants (Afrique);
  • création de nouvelles surfaces habitables au-dessus de l'eau en conser­vant la possibilité de navigation (Monaco);
  • liaison entre deux parties d'une ville coupée par une formation géogra­phique (Londres)

05/02/2009

Yona Friedman: ville-pont sur la Manche.

En 1963, Yona Friedman publiait à Paris son projet de ville-pont sur la Manche. Pour ce projet, Yona Friedman reprenait ses principes d'architecture spatiale: blocs à l'enjambée et structure contenante. 

La ville-pont sur la Manche présentait l'intérêt supplémentaire d'être une ville-pont portuaire. La circulation maritime dans la mer du Nord justifiait, selon Friedman, la construction d'un nouveau port de transbordement qui desservirait aussi bien Paris que Londres. 

Il présenterait de plus l'énorme avantage de relier la circulation maritime à la circulation ferroviaire et routière qui passerait dans la structure du pont. On pourrait, entre les pylônes du pont, aménager des bassins portuaires, alternant avec des voies de passage pour les navires. Puis, au-dessus de ces bassins et de ces passages, on pourrait insérer, dans la structure même du pont métallique, des gares de marchandises et voies de chemin de fer, dépôts, bureaux, etc.

 YONAFRI


Yona Friedman: ville-pont

Une voie de circulation automobile pour les transports serait incluse à l'intérieur du pont et une autre voie automobile touristique, à sa partie supérieure. Cette voie touristique serait bordée de restaurants, terrasses, boutiques,... Ce qui frappe le plus dans cette idée prospective, que certains préféreront qualifier de visionnaire ou d'utopique, c'est justement son réalisme: le moins que l'on puisse dire, c'est que cette idée est le bon sens même. 

Parallèlement à cette ville-pont, Friedman prévoit une ville spatiale pour vingt à trente mille personnes, surtout destinée au personnel des instal­lations portuaires et touristiques. Cette ville serait édifiée près de la côte et constituerait un élargissement du pont. Certaines industries, qui bénéficieraient des facilités de transport pourraient aussi être intégrée au pont. Enfin, quelques administrations auraient tout intérêt à s'installer en territoire international.

12:45 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : friedman |  Facebook |

04/02/2009

Les villes-ponts

Le principe des villes-ponts et des villes flottantes pour lesquelles Iona Friedman et d'autres ont réalisé un certain nombre de projets est une idée neuve qui, comme beaucoup d'idées neuves, retrouve des réalités très anciennes et parfois oubliées. 

Comme toute idée, la ville-pont a mûri lentement. 

En 1920, Lissitsky présentait à Moscou un projet de pont-immeuble appelé "l'étrier des nuages", où l'on voyait deux immeubles reliés par leur partie supérieure.

 Lissitzky - Etrier des nuages 1920 [web520]


Lissitsky: l'Etrier des Nuages (1920).

En 1922, Auguste Perret allait plus loin en concevant un pont gratte-ciel pour la banlieue est de Paris, un alignement de "maisons-tours" de 200 mètres de haut allant de la porte Maillot à la Croix de Noailles en passant par Neuilly, Puteaux et Nanterre.

 Perret maisonstours


Auguste Perret: maisons-tours reliées par un pont (1920)

Daniel H. Burnham, en 1928, concevait un autre projet pour Chicago et, enfin, Le Corbusier, dans ses plans pour Alger, prévoyait également des viaducs surmontant la ville ancienne.

corbusier plan pour alger


Le Corbusier: maquette pour l'aménagement d'Alger.

03/02/2009

Henry Pottier: les villes hautes

Dans le système de Henry Pottier, dit des "Villes hautes", la zone souterraine ne concerne que l'infrastructure lourde: moyens de communication avec l'extérieur, acheminement des marchandises et leur stockage, parkings et accès aux plates-formes aériennes par ascenseurs. La zone aérienne compartimente l'espace en zones de travail et d'habitat. 

Mais l'originalité du projet de Henry Pottier, c'est qu'il entend se servir du relief des montagnes pour ses villes hautes, l'axe souterrain de la ville épousant la forme de la montagne pour constituer un vaste fuseau supportant une cité linéaire. 

Le noyau, véritable dispatching du quartier d'habitation, sera relié aux routes souterraines par des gaines de circulation verticale constituées par des batteries nombreuses d'élévateurs rapides, tant pour les personnes que pour les marchandises. Ces "tubes" aboutiront, à leur partie inférieu­re, dans des "poches" de parking, sortes de cloches à circulation spiroïdal, permettant le parking total de l'ensemble du quartier. A sa partie supérieure, il aboutira à une plate-forme pour l'atterrissage des hélicop­tères. A un niveau intermédiaire, une circulation horizontale, avec chemin mécanique ou tapis roulant, reliera le "tube" au noyau du quartier. Les liaisons externes verticales longeant les pentes seront assurées par des téléphériques reliant rapidement l'habitation aux différentes activités précitées. Toute la vie spirituelle des habitants se déroulera en plein air, débarrassée des contingences matérielles qui trouveront leur lieu d'application dans la partie souterraine: parking, entrepôts, usines, relais, incinérateurs, etc.

12:00 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pottier |  Facebook |

02/02/2009

Jack Tortrat

Jack Tortrat a pris modèle sur l'arbre qui puise son énergie par ses racines dans les profondeurs de la terre et, dans le ciel, par ses feuilles. Il a donc placé, dans sa cité idéale, la fonction tra­vail en sous-sol. 

Au-dessus des lieux de travail, et sur trois niveaux toujours souterrains, se place le centre de la cité, énorme souk où arri­vent et d'où partent les circulations horizontales reliant la cité au mon­de extérieur: commerces, lieux culturels et cultuels se trouvent dans cette partie d'où fusent vers le haut et vers le bas, les batteries d'ascenseurs. 

Le travail prend la place des racines de l'arbre, l'habitat se situe où poussent les feuilles, habitat spatial que son auteur appelle on "énor­me périscope sur une nature régénérée", le sol naturel étant entièrement réservé aux arbres, aux allées forestières, aux terrains de sport, etc.

11:00 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tortrat |  Facebook |

01/02/2009

Jean-Claude Bernard: la ville totale

Le projet de ville Totale de Jean-Claude Bernard retrouve quelques unes des caractéristiques des villes anciennes, bâties en grappe sur une colline. La rupture qu'accomplit Bernard, c'est plutôt avec la ville éclatée, la ville dispersée, la ville labyrinthe, structure qui, pour lui, doit correspondre aux besoins de l'homme contemporain... 

...besoin psychologique, que nous retrouvons dans les enceintes des vieilles villes, constituant même comme une règle dans l'Orient moderne. Car cette complexité ne peut être attribuée au simple hasard, mais plutôt au goût étrange de taquiner et de faire peur, de donner le frisson et de frissonner, tout en s'efforçant de se sentir caché. Besoin de défense de la cellule familiale, de protection de l'individu au sein de la communauté. Ce goût du labyrinthe se traduit par une complexité des parcours de piétons et rend les groupements spontanés pleins de charme (même au sens magique), mais mystérieux pour l'étranger. 

JC Bernard - Ville totale [web520]


Jean-Claude Bernard: la ville totale.

La ville totale de Jean-Claude Bernard est donc un labyrinthe, mais un labyrinthe spatial. La ville est une grappe de bâtiments reliés les uns aux autres, s'interpénétrant, et conçue avec une profusion de sols arti­ficiels qui en arrive à supprimer la notion d'étages, un espace public ayant fonction de rue ou de place devant se trouver idéalement à la porte de chaque logis. 

La notion du bâtiment disparaît, les bâtiments étant in­tégrés à la masse homogène de la ville. Quant aux circulations, elles se font par "piétons mécaniques" et "motoplan". Les "piétons mécaniques" sont les circulations verticales à l'intérieur de mâts creux que nous avons déjà trouvés dans plusieurs projets précédents, notamment les pyramides de Maymont. A ces circulations verticales se joint un système horizontal mécanique, le "motoplan" fonctionnant sur le principe des ascenseurs, mais dans une gaine horizontale. La répartition des marchandises se ferait éga­lement par des systèmes mécaniques équivalents. 

La liberté est laissée au constructeur de créer son ambiance au moyen des éléments d'équipement. Ainsi se crée, à partir du jeu de l'ossature pri­maire de verticales et d'horizontales, du jeu des formes plastiques nées de la fonction, un ensemble d'espaces ouverts, fermés, fuyants, concaves, convexes, de destination plus ou moins fixe.

11:45 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bernard |  Facebook |

31/01/2009

Claude Parent et Lionel Mirabaud

Contrairement à la cité entonnoir de Walter Jonas, celle de Claude Parent et de Lionel Mirabaud est évidée en trois parties, les trois volumes restant permettant de loger 5.700 personnes dans des loge­ments également en gradins. Contrairement aux Intrahaus, ce projet tend à donner aux habitants une vue panoramique.

 parent et virilio_plan_obliq_3

v_10_ill_671639_parent_ville


Claude Parent et Virilio: la ville oblique.

10:45 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : parent, virilio |  Facebook |