20/02/2009

Nicolas Schoffer: la ville-loisir

Dans les centres de vacances, une nouvelle architecture apparaîtra. On en voir les prémices chez quelques chercheurs contemporains qui se livrent à l'étude de certains prototypes.

 tour [web520] [Web520]


Nicolas Schoffer: Tour cybernétique.

Nicolas Schoffer s'est particulièrement préoccupé, dans sa théorie d'urbanisme du problème des villes de loisirs. Il voit celles-ci se différencier en deux catégories. D'une part celles qui seront intégrées aux villes rési­dentielles et aux villes du travail. D'autre part, celles qui constitueront des cités autonomes. 

Dans le premier cas, on y trouvera des centres de relaxation et de stimu­lation intellectuelles, des centres culturels, des centres de distribution et de consommation. Dans les seconds cas, la ville pourra acquérir une véritable spécialisation.

 Nicolas Schoffer - Studio Yves Hervochon - Centre de loisirs sexuels 01 [web520]


Nicolas Schoffer: centre de loisirs sexuels

Quant aux formes de ces villes, Schoffer les voit mi-horizontales, mi-verticales, le loisir étant composé autant d'action que de relaxation. Il donne d'ailleurs à ses dessins d'architecture des formes inattendues, voire morphologiques (son centre de loisirs sexuels en forme de sein par exemple). 

Une partie originale de l'étude de Nicolas Schoffer concerne ce qu'il nomme "les centres de déconnexion" intégrés dans la ville du travail et "les centres stimulants",  dans les villes résidentielles. 

Il est nécessaire à l'individu qu'après sa journée de travail toute fatigue soit effacée, et que la transition vers une relaxation soit pro­gressive et harmonieuse. Pour cela, en quittant son lieu de travail, le tra­vailleur pourra passer à travers des centres de relaxation intégré, qui offrent de véritables climats audio-visuels ,lumineux, odorants, etc., ainsi que des installations spécialisées pour obtenir des relaxations rapides mais graduées. 

Pour chaque ensemble comprenant une ville de travail et une ville rési­dentielle, il faut prévoir des "centres de relaxation autonomes" qui seront de véritables centres de thérapeutique préventive, avec service médical d'analyse, de diagnostics et de contrôle.

 Nicolas Schoffer - Studio Yves Hervochon - Centre de loisirs sexuels 02 [web520]


Nicolas Schoffer: coupe dans le centre de loisirs sexuels.

Ajoutons que Nicolas Schoffer prévoit dans ces villes de loisirs dynamiques des engins permettant des excursions dans l'espace ou sous l'eau. Des coquilles conditionnées pourraient être immergées dans l'eau. Elles pourraient également être prévues flottantes. 

Schoffer pense également que nous pouvons envisager des villes de loisirs extra-terrestres, soit sur des satellites artificiels, soit posées sur la Lune ou sur la surface d'autres astres relativement habitables.

20:00 Écrit par Luckybiker dans 08 Formes nouvelles | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : schoffer |  Facebook |

19/02/2009

Janusz Deryng: ville et campagne

Une autre idée neuve commence à se faire jour: celle de l'interpénétration de la ville et de la campagne. 

Une proposition de Yona Friedman consiste à placer la campagne sous la ville transparente. 

Une autre tendance, proposée entre autres par Janusz Deryng, consiste à remplacer les espaces verts artificiels par la nature réelle pénétrant dans la cité: ville et campagne, s'interpénétrant, couvrent ainsi des surfaces considérables. 

Cette tendance a trouvé de nombreux opposants car elle s'oppose à l'idée même de la ville, sorte de vaste marmite dans laquelle bouillonne un esprit collectiviste très dense. Mais peut-être permettra-t-elle d'ouvrir de nouvelles voies à un urbanisme perpétuellement à la recherche du bonheur de chaque citadin.

20:00 Écrit par Luckybiker dans 08 Formes nouvelles | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : deryng |  Facebook |

18/02/2009

Yona Friedman et la mobilité.

D'une idée isolée, d'une idée d'isolés, Yona Friedman a fait de la mobilité une idée-force, un courant, une doctrine. La thèse de Friedman, l"Architecture mobile", est certainement l'un des textes capitaux de la nouvelle archi­tecture de cette époque. 

Friedman considère que son système de renouvellement périodique préétabli, annulant le concept de propriété pour l'éternité, pourrait être un sys­tème décisif vers un nouvel âge d'or. Mais l'application pratique de ce système rencontre un de ses plus grands obstacles dans l'architecture puisque les formes et les usages de celle-ci ont une durée dépassant les périodes de changement prévues et qu'ils dépassent même la durée de la vie humaine.

 friedman_maquette_3 [Web520]


Yona Friedman: maquette d'une structure avec architecture mobile

La masse inerte d'une ville étant un obstacle à la mobilité de la société, ce sont donc à des méthodes de constructions changeables que se sont appliqués les membres du Groupe d'Etude de l'Architecture Mobile. L'architecture mobile veut d'abord convertir les formes de constructions et les créer en fonction de leur réutilisation après déplacements. Elles doivent être démontables, temporaires ou d'un amortissement rapide qui peut permettre de les détruire après un certain temps. Par ailleurs, devrait être mis au point un système de plates-formes, réseaux de voirie, d'alimentation et de canalisations, qui soit transformable et déplaçable dans et sur les structures porteuses. 

Friedman souligne ensuite que le but qu'il se propose n'est pas de criti­quer les solutions déjà proposées, ni de vouloir les remplacer par un autre schéma:

 friedman_maquette_2 [Web520]


Yona Friedman: détail d'une maquette de structure mobile

Il s'agit de rechercher des techniques qui permettent de passer d'une solution à une autre pour adapter la ville, si besoin est, aux modes de vie des habitants, au lieu d'adapter les habitants aux propositions des urbanis­tes. Il faut arriver à laisser les habitants libres de choisir la forme de leur ville. La seule tâche qui reste actuellement à l'architecte consiste à développer des techniques intérimaires de construction, qui feront le pont entre les constructions classiques et les systèmes de l'avenir penchant vers les sciences abstraites. Le rôle de ces techniques intérimaires sera de multiplier la surface utilisable pour l'habitation et pour l'agriculture en fonction de la croissance démographique. C'est la raison d'être de l'archi­tecture mobile. Bien entendu le terme "architecture mobile" ne signifie pas la mobilité des constructions en leur totalité, mais leur disponibilité pour tous usages d'une société mobile. 

Yona Friedman. 

L'ère du monde en mouvement s'ouvre, et la pensée de Valéry sur la fin du monde fini doit être prolongé: c'est l'âge des structures en mouve­ments qui commence. 

Il faudrait en effet, au lieu d'établir, comme ce fut le cas pendant très longtemps, des structures qui se perfectionnent avec l'âge autour de prin­cipes immuables, s'habituer à vivre avec des structures plus souples, qu'il est possible de modifier en fonction du développement de l'équipement dont disposent les hommes. 

De même qu'en mécanique il a fallu introduire le facteur temps dans les phénomènes où il ne paraissait pas devoir intervenir avant la relativité, il va falloir réviser la plupart des notions que nous avons sur les cadres de nos sociétés. 

Il faut que l'homme s'habitue à trouver des satisfactions et la joie dans un monde en perpétuel devenir, comme il les avait recherchées dans un monde statique. 

Louis Armand.

maquette-friedman [Web520]


Yona Friedman: maquette

20:45 Écrit par Luckybiker dans 08 Formes nouvelles | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : friedman |  Facebook |

17/02/2009

Architecture mobile

C'est au Xe ClAM, en 1956, que furent abordées pour la première fois dans une assemblée internationale d'architectes modernes les notions de mobilité, de croissance et de variation des fonctions. A cette époque, deux seuls projets d'architecture tenaient compte des besoins d'un habitat évolutif: ils étaient l'oeuvre de Yona Friedman et de Charles Péré-Lahaille.

 Yona-Friedman_1956


Yona Friedman: architecture mobile - 1956

Devant cette carence de maîtres à penser, un mouvement de jeunes architectes s'esquissa donc, qui devait se concrétiser en 1957 par la fondation, à Paris, du Groupe d'Etudes de l'Architecture mobile (GEAM) qui réunissait Jean Pecquet, Jerzy  Soltan, Aujame, Georges Emmerich et Jan Trapman. Après 1958 vinrent s'y adjoindre Frei Otto, Schultze-Fielitz, Werner Ruhnau, Gunther Gunschel, Friberger, Otaka, Paul Maymont et Cammile Frieden. 

L'idée de la mobilité et de l'urbanisme spatial défendue par le GEAM est certainement une des grandes idées-forces de cette période. L'idée de mobilité de l'habitat était en fait le lointain écho de la voix isolée de Sant'Elia, de celles de Buckminster Fuller et de Kiesler.

20:30 Écrit par Luckybiker dans 08 Formes nouvelles | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : friedman, geam |  Facebook |

16/02/2009

Paul-Jacques Grillo: Aquila, Poseidon, Argea

Aquila, la cité du français Paul-Jacques Grillo, a la forme d'une feuille d'arbre dont la nervure serait constituée par une "citadelle de la recherche entourée par des douves d'agriculture lacustre et limitée par le cratère d'Unités-Villages". 

Aquila est en effet une ville "de la Recherche pour les savants de toutes les disciplines". 

Tout le long de l'Acropole des appar­tements pour 10.000 personnes seraient disposés en habitations troglodytiques et se développeraient par strada de neuf étages entre des galeries-jardins suspendues. "A espaces réguliers, des grands magasins, garages, etc., s'incrustent profondément dans cette sorte de donjon et agissent comme autant de contreforts pour retenir la masse des terres de l'acropole.

Paul-Jacques Grillo a conçu deux autres cités: Poséidon, la ville lagune, et Aegea, la ville lacustre. 

Poséidon est entourée d'eau à la manière d'une main gantée plongée dans la mer tandis qu'Aegea "entoure l'eau, source de vie, à la façon d'un estomac". Poséidon est à la fois une ville côtière de villégiature et une communauté de pêche et d'agriculture. Construite sur des terres reconquises sur le fond d'une lagune, cette ville formerait une île séparée de la terre ferme par un grand canal inter-côtier. Son plan fait songer à une grenade ouverte dont chaque grain serait un ilôt correspondant à la dimension d'un village de cinq mille personnes. 

Sans songer à copier des formes naturelles, nous eûmes l'émerveillement de découvrir, une fois nos dessins terminés, des formes organiques naturelles que la nature avait conçues de façon presque identique. 

Paul-Jacques Grillo.

20:15 Écrit par Luckybiker dans 08 Formes nouvelles | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : aquila, poseidon, grillo, argea |  Facebook |

15/02/2009

Paolo Soleri: Arcology, Babel et hyperbuilding

paolo soleri - arcology the city in the image of man [web520]


Paolo Soleri: Arcology.

soleri_babel [web520]


Paolo Soleri: Babel

paolo soleri_hyperbuilding pour Tokyo [web520] [Web520]


Paolo Soleri: hyperbuilding pour Tokyo.

19:00 Écrit par Luckybiker dans 08 Formes nouvelles | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : arcology, tokyo, soleri, babel |  Facebook |

14/02/2009

Paolo Soleri: Mesa City

Paolo Soleri, grâce à une subvention de l'université de l'Arizona, a pu dessiner une grandiose ville idéale qu'il a nommée Mesa City. Cette ville adopte un principe linéaire puisque, pour ses deux millions d'habitants, elle ferait 35 kilomètres de long sur seulement 10 de large.

paolo soleri [web520]


Paolo Soleri.

Les structures urbaines et architecturales de la ville ressemblent à des viscères, des coupes de muscles, des structures d'os, des végétations luxuriantes. La morphologie de ces structures est en fait conçue pour capter et utiliser l'énergie cosmique, les radiations, les vents, l'eau...

 Mesa City 01 [web520]


Paolo Soleri: Mesa City

Un Centre de hautes études constitue l'épine dorsale de la Mesa City. On y trouve un parc, des digues et des lacs, des villages d'artisans, un centre théologique, trente-quatre villages de trois mille habitants chacun, avec leurs centres civiques et commerciaux, groupés par grappes de cinq, des zones d'habitation très denses et, au coeur de la cité, un centre des affaires avec des tours et un aéroport au point le plus haut. 

Enfin, la Mesa City comprendrait des villes et villages à caractère rural, des complexes indus­triels et un réseau de circulation routière et ferrée.

Mesa City 1961 [web520]


Paolo Soleri: Mesa City

15:45 Écrit par Luckybiker dans 08 Formes nouvelles | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mesa city, soleri |  Facebook |