18/11/2008

Charles Fourier (1772-1837).

Visionnaire généreux et romantique à l'imagination féconde, Charles Fourier appartient à cette première génération de penseurs qui, à partir de la critique de la société capitaliste industrielle de la première moitié du XIXe siècle, tentèrent de concevoir et de propo­ser des bases plus justes pour la réorganisation des collectivités hu­maines. 

Fourier2 [web520] 


Charles Fourier.

Pour lui, la vision pessimiste de ce début de l'ère industrielle n'est qu'un "fléau passager ", dont la sombre vision est corrigée par une conception optimiste de l'histoire qui, par des étapes successives, "garantisme, sociautisme et harmonisme", nous conduira forcément à l' "Harmonie Universelle".

En 1808, Fourier expose ses vues dans une oeuvre intitulé "Théorie des 4 mouvements et des destinées générales ". Pour lui, la vie sociale devrait se fonder sur une harmonie réalisée grâce à une association indépendante des producteurs et des consommateurs. La sociabilité humaine serait chose naturelle basée sur la spontanéité des tendances (ou passions). C'est sur ces principes qu'il élabore le modèle le plus détaillé des utopies progressistes, celui du phalanstère, vaste association de production, au sein de laquelle les travailleurs vivent en commun. 

theorie_4_mouvements_L17 


Pour télécharger la Théorie des 4 mouvements et des destinées générales, cliquez sur l'icône ci-dessus 

Sans cette sorte de communauté bucolique, hommes et femmes seront libres de vivre selon ces passions mises au service de la communauté et du bien commun. La part de chacun lui est attribuée en fonction du travail, des capitaux apportés et du talent. Chaque phalanstère échangeant sa produc­tion directement et sans intermédiaire avec les phalanstères voisin. L'agglomération phalangiste de Fourier marque une coupure nette par rapport à celles du passé, précurseur des cités-jardins, il l'intègre à la cam­pagne et la divise en trois cités concentriques regroupant, depuis le centre vers l'extérieur, le commerce et les administrations, l'industrie et l'agriculture.

Il récuse ainsi un plan en échiquier pour un système qu'il veut plus humain. Pour lutter contre la spéculation, il instaure la "propriété individuelle sociétaire " et, pour des raisons pratiques d'économie, préconise des immeubles collectifs, des unités d'habitation dont les dimensions auraient été déterminées par un module "scientifiquement prouvé ", c'est-à-dire qui réponde parfaitement à son utilisation. 

L'influence de Fourier fut rarement sous-estimée, bien que parfois il fut ridiculisé, et à juste raison d'ailleurs, par les fantasmagories d'une oeuvre qu'il voulait cependant rationnelle et classificatrice (prolongation de la vie jusqu'à 144 ans, sept repas par jour, transfor­mation de l'eau de mer en limonade, des baleines en remorqueurs,..) 

Phalanstere de Fourier [web520]


Le phalanstère selon Charles Fourier.
Cependant, les fantaisies de son imagination ne firent pas oublier qu'il fut le fondateur des coopératives de production et de consommation et que quelques-unes de ses visions devinrent par la suite des réalités (navi­gation aérienne, relais de télécommunications, minimum vital, sécurité sociale,...). 

Le plus beau titre de gloire de Fourier est, sans conteste, d'avoir été l'initiateur du mouvement coopératif (surtout en agriculture), même si les premières expériences de phalanstère faites aux Etats-Unis par Victor Considérant n'ont rencontré d'emblée le succès escompté. De tous les précurseurs du socialisme de sa génération, Charles Fourier est sans doute celui qui mérite le plus le titre de "socialiste utopique ". 

17/11/2008

Robert Owen (1771-1858) et New Harmony

Ce réformateur et socialiste anglais dirigeait déjà, à l'âge de 19 ans une des plus importantes filatures de coton de la région de Manchester et avait déjà contribué au perfectionnement des techniques de tissage. 

En 1798, il devient co-propriétaire de la fabrique de New-Larnak (Ecosse) II se consacra d'abord à l'amélioration matérielle et morale de la vie de ses ouvriers en réorganisant "l'outillage humain " de son usine. Il profite en effet de l'occasion qui lui est proposée pour mettre en pra­tique les réformes sociales que lui avait inspiré l'observation de la misère du prolétariat industriel. 

Portrait_of_Robert_Owen_(1771_-_1858)_by_John_Cranch,_1845 [web520]


Robert Owen.
Robert Owen réduit les heures de travail de ses 3.000 ouvriers et tente d'améliorer leur habitat en fondant une cité modèle dans la verdure. Convaincu de la nécessité d'une éducation minimale pour exploiter les possibilités de la machine, il fonde les premières écoles maternelles d'Angleterre et met en place une scolarité obligatoire. 

400px-New_harmony_vision [web520]


Une vision de New Harmony.

Malgré son intervention auprès de divers gouvernements, l'exemple de sa réussite n'est suivi par personne et aucune aide ne lui est apportée. Ayant pris conscience de l'aspect inhumain de la révolution industrielle, Owen cherche alors une solution au misérabilisme du prolétariat dans l'institution de communautés rurales d'esprit collectif. En 1824, il fonde New Harmony aux USA (Indiana), communauté rurale type qui devait contenir de 500 à 3.000 individus logés dans des habi­tations individuelles mais dont l'éducation se ferait de façon commu­nautaire. Industrie et agriculture devaient s'y dissoudre afin que la machine puisse libérer l'homme des ouvrages pénibles et malsains. Malheureusement, en 1828, Owen du abandonner son projet pour des raisons financières et, de retour en Angleterre, il tenta de créer de nouvelles communautés, notamment dans la région d'Edimbourgh et de Southampton (Harmory Hall 1839-1845), unités urbaines de plan carré et situées au centre du domaine agricole. 

Karl_Bodmer_ eglise de New_Harmony_1832_-_1833 [web520]


Karl Bodmer: Eglise de New Harmony (1832)

Prenant la tête du mouvement ouvrier, il organisa des syndicats d'inspi­ration socialiste qui disparurent rapidement devant l'opposition des patrons et du gouvernement (1833-1834). II fut aussi à l'origine du mouvement coopératif (Trading Associations - 1830).

New_Harmony_by_F__Bate_%28View_of_a_Community%2C_as_proposed_by_Robert_Owen%29_printed_1838 [web520]


F.Bate: vue générale de New Harmony.

16/11/2008

Modèles progressistes

Le modèle progressiste conçoit l'individu humain comme un type et, par une analyse rationnelle détermine un ordre susceptible de s'appliquer à n'importe quel groupement humain, en n'importe quel temps et n'importe quel lieu. 

Cet ordre type se conçoit comme un espace ouvert percé de trouées de vide ou de verdure (Richardson) et découpé conformément à une analyse des fonctions humaines. Chaque activité occupe un lieu bien différent séparé des autres : habitat, travail, culture et loisirs se répartissent dans des zones différenciées. 

Du point de vue esthétique, logique et beauté de la cité coïncident : l'utilisation aisée du cadre urbain exigeant une disposition simple, cette disposition sera forcément belle puisque pratique. 

Malheureusement, les ordres-types que nous proposent les utopistes progressistes sont si rigides et si précis dans les détails qu'ils ne sont quasi pas susceptibles de variantes ni d'adaptations suivant l'évolution sociale économique ou politique. Chaque édifice est défini une fois pour toutes comme un modèle du genre et même les logements, qu'ils soient collectifs (Fourier) ou individuels (Proudhon) sont entièrement normalisés et parfois même standardises. 

A cette rigidité du cadre spatial prédéterminé s'ajoute un système politique contraignant et répressif basé tantôt sur un paternalisme (Owen), tantôt sur un socialisme d'état (Cabet) dont le but primordial est d'adjoindre à un rendement maximum une stabilité politique et institutionnelle à toute épreuve.

15/11/2008

Les modèles

Devant l'énormité des problèmes à résoudre, et le peu de chance de voir se réaliser les solutions qu'ils veulent proposer, les modèles de réorganisation urbanistique se limiteront, du moins au départ, à la forme d'utopie dont la réalisation pratique ne saurait être exécutable dans l'immédiat, pour des raisons matérielles, techniques, politiques ou idéologiques. 

La plupart de ces modèles s'orienteront donc vers l'avenir, quelques-uns étant même assez futuristes, mais une tendance opposée, tournée délibérément vers le passé, sera aussi défendue par quelques adeptes.

14/11/2008

Résultat de la critique industrielle

Tous ces constats auront pour conséquence immédiate d'alerter l'opinion publique. 

Malheureusement, les premières tentatives de réorganisation sociale (premières lois sur le travail, premières cités ouvrières) se solderont par un échec et il faudra dès lors assez longtemps pour que distinction soit faite entre ordre déterministe et ordre normatif, la plupart des gens refusant de considérer les tares de la société comme l'envers néfaste d'un ordre nouveau.

13/11/2008

Friedrich Engels

Friedrich ENGELS (1820-1895), philosophe et homme politique allemand, fondateur avec Karl Marx du "socialisme scientifique" et de la "conception matérialiste de l'histoire", peut être considéré comme l'un des fondateurs de cette nouvelle science. 

Friedrich_Engels [web520]


Friedrich Engels.

Découvrant l'extrême misère des ouvriers de son temps, Engels apporta un démenti formel aux thèses optimistes des premiers économistes libéraux (Adam Smith en particulier). C'est sur ce thème qu'il écrit son premier ouvrage : "La Situation de la Classe ouvrière en Angleterre" publié en 1945 et dans lequel il utilise systématiquement et scientifiquement tous les témoignages disponibles pour dénoncer les tares urbaines, conséquences des tares sociales, économiques et politiques. 

Avec Engels, de nombreux autres défenseurs du peuple et de la classe ouvrière publieront des manifestes : Fourier, Proudhon, Ruskin, Considérant et bien d'autres seront les théoriciens et les fondateurs du mouvement socialiste.

18:15 Écrit par Luckybiker dans 02 Critique de la ville industrielle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : engels |  Facebook |

12/11/2008

Critique de la ville industrielle.

ANALYSES DESCRIPTIVE ET POLITIQUE. 

Devant cette situation apparemment irréversible, quelques individus prennent subitement conscience du désordre moral et matériel dans lequel la ville se plonge peu à peu. Pour eux, l'étude de la ville prend deux aspects bien différents : un aspect descriptif et un aspect politique. 

L'analyse descriptive de la situation économique, politique et sociale a pour but principal de réunir des faits avec détachement et de les étudier aussi bien d'un point de vue quantitatif que qualificatif. Poussés par des sentiments humanitaires, ces auteurs visent une information critique et normative dans le cadre d'une polémique. Parmi eux citons entre autres Levasseur, Legoyt (France) et Adna Ferrin Weber (USA). 

L'analyse politique du milieu urbain est à la base de la création d'une sociologie urbaine qui, à l'origine, se contentait de dénoncer l'hygiène physique et morale défavorable des grandes villes industrielles.