01/03/2009

De l'utopie indienne à l'utopie critique

Les deux exemples que nous analysons dans les pages qui suiveront sont assez représentatifs, à mon sens, des deux tendances d'utopies qui se sont manifestées dans la deuxième moitié du XXe siècle. 

Le premier exemple est celui du projet d'une cité indienne appellée "Auroville" réalisé en 1966 par une équipe française dirigée par Roger Anger

Cette ville se situe dans la lignée des villes idéales rêvées par un philosophe. Le texte reproduit ci-après a été publié en janvier I967, mais il ne nous a pas été possible, faute de document, de pouvoir vérifier si les prévisions de son auteur ont pu jusqu'à présent, être partiellement ou totalement réalisées. Cet exemple de ville idéale n'en reste pas moins représentatif. 

Le second exemple est celui que nous proposent six jeunes architectes italiens, membres du groupe Superstudio : huit villes idéales, l'apothéose de vingt siècles de civilisation où l'homme se complaît dans sa propre perfection. Ces huit villes sont l'exemple même d'une nouvelle sorte d'utopie que l'on pourrait qualifier de conceptuelle: c'est l'utopie-critique qui vise à tourner en dérision et qui ne se prend même pas au sérieux. Elle vise simplement à nous mettre en garde contre ce qui "pourrait exister" ou, peut-être, contre ce qui pourrait "devoir exister". En un mot, elle nous met en garde contre elle-même et contre toute autre forme d'utopie avant-gardiste...

Commentaires

Le dernier ouvrage d'Umberto Eco aborde également ce thème des terres imaginaires et lieux de l'utopie. Un aperçu des très belles illustrations ici: http://www.pacha-cartographie.com/utopie

Écrit par : Pacha | 18/03/2014

Les commentaires sont fermés.