16/01/2009

Yona Friedman: architecture mobile.

Né en 1923, Yona Friedman est une des personnalités les plus fascinantes de l'architecture prospective. A partir de 1958, il éla­bore lentement un plan révolutionnaire d'urbanisme spatial et mobile dont il parla pour la première fois dans "L'Architecture Mobile" paru en 1959. Yona Friedman est d'abord parti du principe du "bloc à l'enjambée".

Yona Friedman [web520]


Yona Friedman.
 friedman3 [web520]
Yona Friedman: projet pour New York.

Les blocs à l'enjambée, sont pratiquement des ponts tridimensionnés de six à vingt étages. Ces ponts franchissent une portée de 20 à 65 mètres entre les pylônes qui contiennent les ascenseurs, escaliers et gaines principales desservant les habitations qui sont, elles, construites dans les ponts. Ces ponts à étages multiples sont essentiellement des poutres tridimensionnelles: tous les efforts, fléchissements ou cisaillements, sont supportés par la totalité de la construction. Le bloc à l'enjambée est construit avec des éléments triédriques soudés entre eux. 

Les vides entre les barres du squelette sont utilisés comme espaces habi­tables de 6 mètres sur 6 mètres. Ce module sert aux différents types d'habitation. Le schéma général et l'organisation du bloc dépendent du choix et de la volonté des habitants: le module de structure permet tout changement quant au découpage des logements.

 friedman2 [web520]


Yona Friedman: structure spatiale au-dessus d'un cours d'eau.

Le premier étage du bloc est situé à environ 12 mètres du sol: le sol reste donc complètement libre pour tous usages, circulation et parkings, bâtiments publics ou jardins, etc. Les trois grands avantages du système sont les suivants: 

  1. faible occupation réelle du terrain
  2. le prix réduit de la structure
  3. comportement hyperstatique huit fois plus grand que dans les construc­tions traditionnelles. 

Les grandes ossatures ainsi créées peuvent conduire à un urbanisme spatial c'est-à-dire à un urbanisme composé de différents niveaux indépendants les uns des autres. 

Le principe de la ville spatiale est celui de la multiplication de la sur­face originale de la ville à l'aide de plans surélevés. La différence qui distingue cette multiplication de celle de la ville ordinaire tient au fait que la multiplication de la surface ne se passe pas par points ou zones isolées, mais couvre entièrement la surface totale de la ville en plusieurs niveaux. Cette multiplication de surface permet, pour les ur­banistes, une différenciation des zones dans trois dimensions. L'application la plus importante du principe est celle de l'urbanisation par la hauteurs c'est ainsi qu'on réserve les surfaces surélevées pour les activités purement humaines ou biologiques et qu'on utilise les surfaces inférieures pour les services divers.

Friedman_main1 [web520] [Web520]


Yona Friedman: structure spatiale avec ses piliers porteurs.

Passant de la théorie à la pratique, Friedman a étudié plusieurs solutions de villes spatiale: pour Tunis et Abidjan (en collaboration avec Aujame) pour Paris (en collaboration avec Herbé et Préveral), pour New York.

y1pV8MsarE7ufFm9gf_lErW9KAXfBBfnLnw3z4sGtHK613DvL__mJye6JW8M4vtAiPkfn64Q8bN4WQ [web520]


Yona Friedman: structure spatiale avec ses rues suspendues.

Yona%20Friedman%2004 [web520]


Yona Friedman: composition aérienne de la ville spatiale.

21:15 Écrit par Luckybiker dans 07 Seconde moitié du XXe siècle | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : friedman |  Facebook |

Commentaires

Son plan révolutionnaire d'urbanisme spatial et mobile était une véritable révolution à l'époque !

Écrit par : devis architecte | 29/03/2014

Les commentaires sont fermés.