09/11/2008

Etienne-Louis Boullée

Cette période qui précède l'avènement de l'industrialisation s'inspira d'une antiquité épurée et gigantesque : les oeuvres architecturales qui la caractérisent se teignent de romantisme et de symbolisme et témoignent d'un goût prononcé pour le colossal et la grandiloquence. Ces particularités sont en fait le témoignage d'une période de crise sentimentaliste où les architectures provisoires des fêtes révolutionnaires s'inspiraient de l'antiquité. 

ETIENNE-LOUIS BOULLEE. 

Etienne-Louis BOULLEE (1728-1799) entra très jeune dans l'atelier de Jean-Baptiste Pierre, premier peintre du roi, mais, détourné de sa première vocation par son père, architecte lui-même, il devient l'élève de Jacques-François Blondet et de Jean-Laurent Legeay dont il reçoit les préceptes du classicisme qui ont été ceux de l'école française pendant le règne de Louis XIV, un peu oubliés depuis les innovations décoratives du rococo. 

Dans ses premières oeuvres, Boullée s'affirme comme un restaurateur de la "grande manière" nationale : église Saint Roch (1752-1763), projet pour l'Hôtel des Monnaies (1762), hôtels Alexandre et Nonville (1763-1764) et enfin le château de Chaville (1764). 

L'influence de Legeay ne sera sensible qu'après 1770. Dès lors, une nouvelle interprétation de l'architecture antique inspire à Boullée d'utopiques projets d'architectures publiques : transformation du château de Versailles (1780), projet de bibliothèque publique (1734) entre autres. 

Boullee [web520]


Etienne-Louis Boullée: Cénotaphe pour Newton.

L'une de ses dernières réalisations, l'hôtel de Brunoy (1774), qui passe volontiers pour son chef-d'oeuvre, est le seul de ses ouvrages à porter la trace de ce style renouvelé de l'antique : au jardin soigneusement étudié pour servir de décors symbolique au sanctuaire, répondent des aménagements intérieurs qui, par le jeu des glaces et des végétaux, transforment les pièces en de surprenants bosquets. Dans ce premier essai pour fondre l'architecture dans la nature, les contemporains ont pu voir les conceptions d'un peintre inspiré. 

Abandonnant tout espoir de voir se concrétiser ses autres projets, Boullée décide de donner libre cours à son imagination en se vouant à l'enseignement et à la recherche théorique. Ses travaux le conduisent à élaborer une esthétique nouvelles : à la conception classique fondée sur les règles de l'harmonie modulaire, il oppose une esthétique naturelle qu'il définit dans son essai intitulé Essai sur l'art (1783-1793). 

Le but de l'art est l'imitation de la nature et l'architecture, trop longtemps soumise aux contraintes de la commande, doit suivre les voies ouvertes par les peintres. Les diverses influences qu'il subit incitent Boullée et lui inspirent des projets surprenants par leur nouveauté, tels que le Cénotaphe de Newton (1784), représentant l'univers exploré par le célèbre savant (le dessin se trouve à la Bibliothèque Nationale).

Renouant avec la tradition funéraire de la plus haute antiquité, Boullée conçoit ainsi de nombreuses oeuvres dont l'ampleur démesurée rend leur réalisation impossible à l'époque. 

On peut considérer Boullée comme l'architecte le plus représentatif de la Révolution française, bien qu'il soit resté en marge des événements. De fait, son architecture reste la meilleure expression des idéaux philosophiques qui a inspiré les doctrines politiques d'alors.

20:12 Écrit par Luckybiker dans 01 Avant l'ère industrielle | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : boullee |  Facebook |

Commentaires

De plus en plus difficile de trouver des bons sites de communiqués de presse, merci pour cette longue liste. Je vais en tester une dizaine pour mes sites.

Écrit par : elite | 24/11/2013

Les commentaires sont fermés.