13/03/2009

Conclusion

julee Holcombe Babel revisité [Web520]
Julee Holcombe: Babel revisité.

Ce blog était dédié aux éternels défenseurs de tout ce qui fut contre tout ce qui sera... ou qui pourrait être. Il trouve ici sa conclusion.
  • Pour consulter les messages dans leur ordre chronologique, consultez dans l'ordre inverse les archives de la colonne de droite.
  • Pour afficher tous les messages d'une même catégorie, faites une sélection à gauche dans la liste des catégories et lisez les messages qui s'affichent en commençant par celui du bas.
  • Pour afficher les messages traitant d'un thème donné, faites votre sélection dans la liste des tags qui s'affiche dans la colonne de gauche.

Bonne lecture

18:30 Écrit par Luckybiker dans 11 Conclusion | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

12/03/2009

Bibliographie

AVERTISSEMENT.

Cette bibliographie n'est, en aucune façon, exhaustive. Elle ne reprend en fait que les quelques revues et ouvrages qui ont été consultés pour la rédaction de ce blog. Il est bien évident que toutes les publications consacrées au sujet dont nous traitons n'ont pu, faute de temps et de moyen, être consultées. En outre, nous avons cru bon d'adjoindre à cette bibliographie quelques titres de livres d'intérêt général cités à plusieurs reprises dans les ouvrages consultés. 

REVUE "L'ARCHITECTURE D'AUJOURD'HUI". 
N° 102: Architecture fantastique
N° 115: Recherches.
N° 139: L'architecture comme problème théorique (Hubert Tonka, Jean-Paul Jungmann, Jean Aubert).
N° 147: Architecture soviétique

  • - Page 78: Quatre problèmes de l'architecture de demain (NER).
  • - Page 94: L'habitat de l'avenir (H.Osterman).

N° 148: Vers une industrialisation de l'habitat.

  • - Page XIV: L'utopie du présent (Manfredi Nicoletti).
  • - Page 96: Un espace pour une nouvelle manière d'habiter (Luigi Colani).

N° 150: Santé publique

  • - Page IX: Habiter l'utopie? (Jacques Ehrmann).

N° 158: Doctrines. 

REVUE "NEUF".  
N° 21 - page 7: Chanéac: villes-cratères.
N° 23 - page 80: Vers une nouvelle conception du logement et un nouvel urbanisme - Pascal Hausermann.
N° 24: Projet pour une structure urbaine: Munich-Perlach (G.Kramer).
N° 25: Essai pour un habitat pariétal.
N°26 - page 41: Nombre d'Or du Grand Prix d'Architecture et d'Urbanisme de Cannes: Aldo Rossi et Donatella Mazzolini. 

CASABELLA
N° 361/1972 - page 45: Premonizioni della parusia urbanistica. 

ART VIVANT 
N° 4 - page 14: Gaudi.
N° 23 - page 15: L'architecture prospective en URSS. 

ART ET LOISIR 
N° 69 - page 6: Auroville 

PLAISIR DE FRANCE. 
Avril 1968
Page 3: Ils construisent une ville idéale.
Page 6: Ils travaillent à l'échelle de la cité.
Page 14: Ils ont ouvert le nouvel âge des cavernes. 

ACTUEL N° 18:
Les villes brûleront et vous les reconstruirez. 

EMMANUEL BERNARD BERNADAC:
La maison de demain (Ed Laffont - Collection Construire le Monde). 

MARCEL BRION:
Art Fantastique (Marabout Université). 

FRANÇOISE CHOAY:
L'urbanisme: Utopies et réalités (Ed.du Seuil). 

LE CORBUSIER:
Urbanisme (Ed. Vincent, Fréal et Cie, Paris)
Manière de penser l'urbanisme (Ed. Denoël-Gonthier - Coll. Méditation)
Petits classiques de l'art AMG 

PIERRE CABANNE ET PIERRE RESTANY:
L'avant-garde au XXe siècle (Ed. Balland). 

V.DELATTRE ET J.PLUMET:
Histoire des charbonnages de Bois-du-Luc et d'Havré. 

C.A. DOXIADIS:
L'architecture en transition (Ed. Dunod). 

S. GIEDON:
Espace, temps, architecture (La Connaissance Bruxelles Weber). 

NICOLAS SCHOFFER:
Le nouvel esprit artistique. (Ed. Denoffl Gonthier - Coll.Méditation).
La ville cybernétique (Ed. Tchou) 

EMMANUEL LAURENT:
Les mystères de la mine (Ed. Dupuis). 

MICHEL RAGON:
Histoire mondiale de l'architecture et de l'urbanisme modernes (Casterman).
La cité de l'an 2000 (Casterman).
Les cités de l'avenir (Planète).

PIERRE FRANCASTEL:
Art et technique (Ed. Gonthier - coll. Méditation). 

NICOLAS PEVNER:
Génie de l'architecture européenne (Livre de poche). 

J.M.RICHARDS:
L'architecture moderne (Livre de Poche). 

YOHA FRIEDMANN:
L'architecture mobile (Mutation Orientation Casterman Poche). 

ROGER GARANDY:
Esthétique et invention du futur (10/18). 

G. UNIACK:
De Vitruve à Le Corbusier (Dunod). 

DIVERS. 

Les Visionnaires de l'architecture (Laffont - Coll. Construire le Monde)

Histoire Mondiale de l'Art (Marabout-Université)

Comment vivre demain? Textes des conférences et des entretiens organisés par les rencontres internationales de Genèves - 1964. (Ed. de la Braconnière-Neuchâtel Coll. Histoire et société d'aujourd'hui).

L'habitat de demain, expression architecturale de notre temps - Mémoire présenté par Daniel Bouche pour l'obtention du grade d'architecte - Juin 1970

CIAM: La Chartre d'Athènes (Editions de Minuit)

Le Centre (édité par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Centre Juillet 1930)

 

18:15 Écrit par Luckybiker dans 11 Conclusion | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

11/03/2009

Plan d'action.

Ce que nous devons donc faire maintenant, c'est créer une architecture et un urbanisme qui aient un caractère et, pour que nous ayons un futur digne de notre passé, il faut que nous trouvions dans le présent l'esprit dynamique qui le caractérisait: ce qu'on laissait simplement advenir jadis, il faut le créer en connaissance de cause. Il faut essayer de trouver la continuité qui relie les solutions les plus simples aux solutions les plus élaborées, car c'est seulement ainsi que nous pouvons créer un système complet menant à un urbanisme nouveau, champs dynamique de forces corrélatives et interdépendantes. 

C'est aux architectes et aux urbanistes d'une nouvelle génération qu'il revient d'établir les bases de cette transformation en dépassant le combat intellectuel de l'utopie pour entrer dans l'action révolutionnaire et patiente. Pour avoir un avenir, nous devons dès à présent occuper notre présent et le reconquérir. 

Architectes et urbanistes pourront contribuer à résoudre tous les problèmes et concevoir un mode de vie approprié grâce à une collaboration effective entre toutes les disciplines comprises dans l'étude des établissements humains. Pour réunir toutes les informations intervenant dans leurs déci­sions, ils devront étudier à peu près toutes les disciplines de l'homme, et il est de leur devoir, non seulement de faire vivre cette étrange synthèse, mais de le stimuler, l'exalter, la magnifier... 

Voilà pourquoi, architectes et urbanistes devront toujours prendre des compromis entre des solutions nécessairement simples, rapides et arbitrai­res et une information qui doit être la plus large possible. C'est finale­ment l'art de ces compromis qui fait les grandes personnalités et les gran­des réussites. 

babel 01 [Web520]


Breughel: la Tour de Babel

Afin d'élaborer une meilleure architecture il nous appartient de créer un meilleur mode de vie. Le chemin qu'il nous faut prendre mène à une architecture avant tout hu­maine qui, au lieu d'éliminer toutes les expressions locales, les incorporera dans une architecture qui continuera, sans les abandonner, les tradi­tions du passé. 

En travaillant ainsi, nous comprenons peu à peu qu'il nous faut laisser de côté la mode et toute tentative en vue de copier les tendances du mo­dernisme ou d'un autre style. 

Nous ne devons pas transformer l'architecture en exhibitionnisme ni en formalisme mais créer quelque chose qui, bien que contemporain, soit pleinement adapté à tous nos besoins et reste aussi éternel que l'architecture ancienne ou peut-être que l'architecture de l'avenir. 

A.Doxiadis.

babel1997 Raoul Giodan [Web520]


Raoul Giodan: Babel (1997)

18:45 Écrit par Luckybiker dans 11 Conclusion | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/03/2009

Nouvelle manière de penser l'urbanisme

Constatant la nécessité de favoriser l'inter­vention créatrice de l'individu par la participation, certains novateurs ont heureusement pu constater aujourd'hui que la valeur sémiologique de la ville future ne pouvait être conservée qu'avec la complicité de ses habi­tants. 

Une nouvelle génération d'architectes et d'urbanistes reconnaît aussi dès à présent que l'urbanisme n'est pas comme on l'a cru une science rigou­reuse basée sur des motivations directes et précises: dans l'imaginaire, les modèles et types idéaux d'agglomérations urbaines établies sur des normes préétablies peuvent parfois amuser (phalanstère de Fourier) mais au niveau de la réalisation, ils tournent au scandale et à l'échec (Brasilia, Chandigarh, l'Unité d'habitation). 

L'illusion d'une assise scientifique basée sur le fonctionnalisme fit oublier, pendant quelque temps, les valeurs sémiologiques susceptibles de faire apparaître les significations multiples de l'établissement urbain. Aujourd'hui se crée enfin un nouveau langage "logotechnique" de la ville perdu depuis le Moyen-âge qui, à la lumière des échecs passés, comblera la pauvreté lexicographique et la syntaxe rudimentaire de l'avant-garde en supprimant tout nouveau modèle et en donnant naissance à de nouvelles structures souples et à une pré syntaxe ouverte à des significations non encore constituées. 

babel pierre breughel [Web520]


Pierre Breughel: La Tour de Babel

Car enfin, habiter un lieu, ce n'est pas seulement être dans un gadget rond, cubique... Ce n'est pas seulement s'habituer à un nouvel habitacle ou à un nouveau cadre urbain, mais c'est aussi avoir en soi des références culturelles (cf. Bachelard "poétique de l'espace", des greniers, des caves, des fonds de tiroirs...) 

Nous revendiquerons, au contraire, la complexité et l'ambiguïté. Les traces de l'histoire et l'évolution organique déterminent la ville. 

Antoine Grumbach. 

On n'avait pas pensé au fait que la ville ne doit pas être de l'architec­ture. 

Emile Aillaud. 

Pendant un certain temps, l'architecture biomorphe sembla pouvoir apporter une solution à cette recherche d'un habitat plus vivant et plus vécu. En fait, l'organique n'est que le refuge soi-disant scientifique où se cache la nostalgie du naturel et on remarque aujourd'hui qu'il y a contra­diction à vouloir en même temps un retour à la nature, c'est-à-dire à la non civilisation, et à croire que la civilisation est devant nous, prête à être remplie, habitée.

18:30 Écrit par Luckybiker dans 11 Conclusion | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/03/2009

Echec de la cité idéale.

Pourquoi les cités idéales établies aux XIXe et XXe siècles aussi bien bâties dans les textes sont-elles restées sur le papier? La rencontre entre le possible et le concret serait-elle aussi problématique? 

Si les utopies, qu'elles soient apparemment réalisables en purement fan­taisistes, semblent devoir mentalement déboucher sur le néant, c'est avant tout parce que son rôle n'est que de servir d'exutoire à toutes les socié­tés qui cherchent refuge dans le rêve pour échapper au sentiment d'angois­se qui les déstabilise. 

Les utopies, en ignorant les problèmes de leur siècle, montrent que les objectifs, l'organisation ou le caractère d'une communauté nouvelle peuvent être en contraste ou en contradiction avec les normes ou les lois du moment. 

De plus, toute utopie n'est que le résultat d'un travail plus ou moins artisanal qui, faute de moyens, prive généralement son auteur de toute personnalité et, par conséquent, amène une carence d'une véritable culture. 

Enfin, nous ne nous sommes pas encore débarrassés d'un certain héritage qui prétend que le bon est sensé produire le beau (et via et versa), con­fusion particulière à la pensée utopique. De même, le moment est venu de ne plus associer "nouveau" et "bien" et de préciser que "nouveau" ne signi­fie rien quand il ne fait que rompre avec le passé mais n'a de sens que s'il apporte une contribution positive à l'avenir. 

babel_1554_salomon [Web520]


Salomon: Babel (1554)

L'erreur esthétique n'est que l'autre face de l'erreur éthique. Elle consiste à croire qu'il existe une forme qui permette aux hommes d'habiter; il suffit de trouver cette forme (ce modèle, ce plan) dans laquelle les hommes se "mouleront" parfaitement parce qu'elle coïncidera avec leur "nature" pour résoudre tous les problèmes. 

Jacques Ehrmann.

Devant l'échec de l'utopie, il ne restait plus à l'architecte qu'à consi­dérer celle-ci comme une fin en soi et refuser ainsi une bataille concrète ou, alors, s'adapter avec myopie aux règles du jeu économique et tomber ainsi dans la banalité architecturale. 

Ces deux tendances opposées auront pour conséquence de créer chez le pu­blic une réaction de méfiance ou d'indifférence vis à vis d'une architec­ture qu'il considérera comme étant le monopole de la politique et de la spéculation. Une autre attitude tout aussi négative consistera à subir le milieu urbain avec fatalité.

19:15 Écrit par Luckybiker dans 11 Conclusion | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

08/03/2009

Crise de l'avant-garde

En fait, le monde de l'architecture ou de l'urbanisme et, plus généralement celui de l'art, est devenu un magasin de nouveauté. Comme dans tout magasin de nouveauté, on a le désir de surprendre. 

La cour­se à l'avant-garde, à laquelle nous assistons dans la seconde moitié du XXe siècle, est, et c'est bien normal, à l'image de la société industrielle. La fonction de l'art au sein d'une société est étroitement liée à la for­me prise par cette société: elle se modifie à chaque fois que la société se choisit une autre forme.

C'est pourquoi toute querelle aussi âpre soit-elle, entre les avant-gardistes et les conservateurs, ne produit plus au­cun effet sur le monde extérieur. Car ce monde n'acquiert rien ou pas grand-chose par le truchement des représentations d'une réalité toujours renouvelée et qui se suivent à une cadence rapide.

babel1 vitrazil 16e s [Web520]


La tour de Babel représentée sur un vitrail du XVIe siècle.

20:15 Écrit par Luckybiker dans 11 Conclusion | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/03/2009

Avant-gardes officielle et sauvage

Selon moi, il existe donc actuellement, et parallèle­ment, deux types d'avant-garde: l'avant-garde officielle ou reconnue comme telle et l'avant-garde que l'on pourrait qualifier de "sauvage". 

L'avant-garde officielle, qu'elle soit de tendance mathématique ou biomorphe, est due à des architectes de renom et peuvent, lorsqu'on les examine se classer en trois catégories. 

Alain Thomas babel [Web520]


Alain Thomas: La Tour de Babel

La première réunit toutes les formes architecturales et urbanistiques qui constituent le terme du voya­ges: les villes de vacances en montagne et à la mer, l'habitat pariétal, les villes souterraines, ... 

La seconde rassemble tous les thèmes propres au voyage lui-même et a la routes villes-ponts, structures suspendues, villes flottantes, villes mobiles, transportâmes et transformables. 

La troisième, enfin, regroupe toutes les formes nouvelles susceptibles de retenir et d'intensifier l'image émotionnelle: géométrie, technologie, combinaisons de formes géométriques et organiques, architecture-sculpture... 

Les avant-gardistes qui, pourrait-on dire, ne sont ni d'avant-garde ni à la mode sont sans doute les seuls vrais, mais comme ils sont vraiment l'avant-garde, c'est-à-dire l'amorce de l'art de demain, on ne les remarque pas, on ne sait même pas qu'ils existent ...

21:15 Écrit par Luckybiker dans 11 Conclusion | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |